Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

samedi 31 octobre 2015

Des vendanges pas ordinaires !



Nicolas solitaire et peu aimé a trouvé la potion magique pour conquérir les coeurs et les âmes, soudain il devient le dieu vivant des vendangeurs.

Un beau conte moral.

Toute ressemblance, etc....

Beauuuuuuuuuuuuuuuu



Lucinda Childs Dance Company - DANCE

La phrase romanesque




La randonnée, il faut que cela monte
pour avoir un sens
(Balthazar Forcalquier)


vendredi 30 octobre 2015

mercredi 28 octobre 2015

Vézelay comme vous ne l'avez jamais vue (7)



Voici une visite guidée de Vézelay, mais une visite insolite comme on n'en fait jamais, la vérité est trop brutale.

Pour ne choquer personne on vous dira que ce chapiteau représente Saint-Benoit en train de ressusciter un enfant... Ah bon ? Il est où le marmot ? Dans le sac ficelé ? Il est bien grand... il a au moins 14 ans ! Non tout ceci c'est pour le gogo.
Ce chapiteau fort intéressant illustre un négoce fort lucratif à l'époque médiéval : la vente de pétards , de joints si vous voulez, de marijuana si vous préférez. On remarquera que le bédo est maousse, c'était une tradition à l'époque on fumait du bon et du gros. L'acheteur a sorti son porte-monnaie. Le vendeur hésite. Le réalisme est saisissant.
On comprend mieux que les sculpteurs qui fumaient du soir au matin avaient parfois de curieuses inspirations


mardi 27 octobre 2015

L'accordéon attaque

J'ai deux amis accordéonistes : Zim-boum et Tof.
Sont-ils soumis à l'envahisseur ?
Pauvres marionnettes lobotomisées ?
J'avais déjà remarqué chez eux quelques regards vagues, quelques réponses confuses à de graves questions existentielles, et cette furieuse inclination pour le" presse-purée" et le "branle-poumon" que j'appelle moi le "pince-couilles".
Tout s'explique ici :

Alcools forts

Sans commentaire

lundi 26 octobre 2015

Le Duhomard au fond des yeux


Daniel Fouchereau vient de publier une étude complète sur un sujet de la plus haute importance. Des années de recherches pugnaces ont été nécessaires pour aboutir à cette étude : le Duhomard dans tous ses états. Une belle édition de Geste qu'on trouve désormais en librairie *.
Le Duhomard, faut-il le rappeler est l'apéritif de Thouars ! On en boit sans lassitude depuis de très nombreuses décennies. Il est né dans la fantaisie la plus extravagante ( je vous laisse le soin de lire le livre) et a donné de magnifiques enfants ( j'en suis ! enfant d'adoption, mais enfant quand même).
Il a inspiré les artistes, cinéastes et peintres ( comme Glen Baxter ci-dessus). On croise ses affiches dans des séries américaines et dans d'obscurs bistrots chinois. 
Il est universel, indispensable, et plus facile à approcher que Dieu:

Blaise mon compagnon

Cliquer sur le lien :

dimanche 25 octobre 2015

Suuuuuper Jules

Je me flatte d'avoir un copain superchampion ! Parfaitement !  Il est très fort en médiator, en fou-rire et en Roschdy Zem, mais les Cosaques... il ne connaît plus ! La preuve ici en cliquant ici,
http://m.pluzz.francetv.fr/videos/questions_pour_un_super_champion.html#xtref=acc_dir
L'émission d'hier samedi 

 Jules-de-chez-Smith-en-face a bien défendu les couleurs de Saint-Jacques-de-Thouars, a-t-il gagné ? Il suffit de regarder.

Un regret néanmoins, il nous confie :
"Je suis un peu déçu car j'avais raconté à l'enregistrement que j'étais en train de realiser un documentaire sur la dernière tribu de chasseurs-cueilleurs du Thouarsais. Sur le coup, tout le monde avait gobé, mais ça a disparu au montage..."
En réalité la dernière tribu de chasseurs-cueilleurs est à Bressuire....

Bon... il a perdu sur le fil " ach gross malheur" il a oublié l'Alsace

samedi 24 octobre 2015

La phrase romanesque

"Qu'est-ce qu'il fait ton père ?
- Mon père ? Il fait de la prison
(Balthazar Forcalquier)

mercredi 21 octobre 2015

Vézelay comme vous ne l'avez jamais vue (6)

Voici une visite guidée de Vézelay, mais une visite insolite comme on n'en fait jamais, la vérité est trop brutale.


On vous dira que ce sont des vendangeurs dans la vigne du Seigneur... Pas du tout ! Ces deux jeunes gens viennent de s'acheter un cornet de pop corn pour aller au cinéma. Au cinéma ? Au moyen-âge ? Parfaitement ! Certes il n' y avait pas d'écran, pas de projecteur, pas de film ; on s'asseyait dans une salle obscure, on fermait les yeux et on imaginait des images en mangeant des fèves grillées ( le maïs n'ayant pas encore été découvert sous nos cieux). Evidemment ceux qui voyaient une histoire comique rigolaient, et leur voisin qui imaginaient un film d'horreur hurlaient... Ce n'était pas parfait.

mardi 20 octobre 2015

Partage : Huysmans en Hollande (2)

Je sais bien qu'on ne prend plus guère le temps de lire. "Il est vrai que tout le monde fait de la bicyclette et n'achète plus de livres" écrivait Huysmans qu'on ne fréquente plus guère. Justement Huysmans mérite qu'on le lise en voici la preuve avec un texte fort peu connu, simple et fluide. Le style est beau, les atmosphères délicieuses.
EN HOLLANDE (suite)



" La vie est bonne au demeurant, dans ce pays des kermesses et des buveries ! La propreté belge qui n'est qu'un mythe, resplendit en Hollande d'excentrique façon ; tous les samedis, il y a le branle-bas du nettoyage : les servantes rincent les devantures des maisons avec des seringues, les cuisines luisent comme des salons, les vaches ont, dans l'étable, la queue attachée en l'air de peur qu'elles ne se la souillent des éclats de leur bouse ; quant aux Hollandais eux-mêmes, ce sont gens obligeants et aimables, moins lourds et moins froids qu'on ne le suppose, mais presque tous sont d'une pudeur excessive qu'alarment sans relâche les romans réalistes de l'Ecole française.

Jan Steen

Les compatriotes de Jan Steen, le peintre joyeux des bons buveurs, le Villon des mauvais lieux, qu'il célèbre jusqu'au triomphe, considèrent nos hardies tentatives comme d'abominables turpitudes, et ne lisent plus guère que les romanciers pour familles : les Anglais Dickens et Thackeray et l'Allemand Freytag.
"Eux, les voici de pied en cap, grassouillets, bedonnants, rouges, du bleu dans la prunelle et du rose sur les lèvres ; elles, les voilà : grandes, blondes, blanches, un peu massives, vêtues, dans les campagnes, d'étoffes couleur de coquelicot et de violette, coiffées de casques d'argent et d'or sur lesquels, ô misère ! elles plaquent d'horribles chapeaux de paille, ornés de rubans criards ! Je n'ose parler des enfants du peuple. Vous connaissez les galopins d'Ostade, ce sont eux sans exagération ; ils semblent taillés grossièrement à coups de serpe et mal équarris.



" La Haye : je ne m'attendais guère à la rencontre que je fis, dans cette ville, dès le premier jour. Je passais, pour me rendre au musée, par le marché aux poissons, quand je me trouvais vis-à-vis d'une cigogne qui marchait, l'air réfléchi, et qui, s'arrêtant devant moi, me dévisagea gravement. Je lui cédais le passage, mais deux, dix, se promenaient ainsi dans les allées, pêle-mêle, avec les acheteuses et les marchands. J'appris alors que la cigogne, figurant un serpent au bec, dans les armes de la ville, avait droit de cité, et pouvait au besoin réclamer protection et aide contre les imprudents qui les voudraient bousculer ou cribler d'injures."

lundi 19 octobre 2015

Partage : Huysmans en Hollande (1)

Je sais bien qu'on ne prend plus guère le temps de lire. "Il est vrai que tout le monde fait de la bicyclette et n'achète plus de livres" écrivait Huysmans qu'on ne fréquente plus guère. Justement Huysmans mérite qu'on le lise en voici la preuve avec un texte fort peu connu, simple et fluide. Le style est beau, les atmosphères délicieuses.
EN HOLLANDE

"La vie hollandaise diffère entièrement de la nôtre. A Paris, les habitants s'entassent à plus de quatre-vingts parfois dans de sombres casernes à six étages, et gravissent un nombre incalculable de marches pour gagner leur chambre ; en Hollande, chacun possède une maison large et peu élevée, un jardin encapuchonné de pétunias et de glycines, et griffés par des houx aux bords jaunes. Comme les Anglais, les Brabanssons s'enferment chez eux, dans leur home, et dépensent la majeure partie de leurs revenus à se dorloter, à bien manger et bien boire. 


Ah ! les joies des fines victuailles et des amples rasades, nul ne les dédaigne dans la Flandre du Nord, mais ce n'est pas sans une secrète appréhension qu'un Français, invité à dîner chez un  Hollandais, contemple sur la table les mets qu'on y apporte :
"soupe aux boulettes de viande et au pourpier, potage au vin et à la cannelle, lièvre et canard à la marmelade de pommes, poulet à la purée de groseilles, veau aux pommes cuites et aux endives, chou rouge à la graisse et au miel, fromage rude et poivré, gingembre, et en guise de cornichons et de pickles, des côtes de melons et des cerises confites dans le vinaigre. Voilà pour le manger. Quant à la boisson, elle se compose de bière, de Bordeaux alcoolisé et couleur d'amarante, et, dans les dîners de cérémonie, de Porto doré et de vin pâle du Rhin.





"Les repas occupent la plus grande partie du jour. A huit heures, le matin, le thé fume dans les tasses, des sandwiches de pain d'épice et de beurre, de radis noir et de boeuf fumé, de pain de seigle, et de pain tigré de raisins, défilent sur la table. A onze heures, un nouveau déjeuner se prépare : du café au lait, des tartines beurrées et piquées de grains d'anis, du fromage de Hollande, du chapsigre *
* fromage fort    râpé en une poudre verte ; à quatre heures, dîner : soupe, trois ou quatre plats accompagnés de pommes de terre ; à huit heures, enfin, souper où l'on boit à nouveau du thé, et où l'on mord derechef dans des tartines de pains variés.


 "Si vous joignez à toutes ces mangeailles et à toutes ces boissons les apéritifs, les amers tels qu'ils les nomment : le skidam* poudré de sucre (*alcool blanc de genièvre), le bitter rouge ou jaune coupé de genièvre, vous pouvez dire vous vous êtes levé devant une table et que vous regagnez votre lit derrière une autre.
( LA SUITE DEMAIN)

dimanche 18 octobre 2015

La suite de l'histoire à Oiron

Vous vous rappelez cette vidéo ? Ayant forgé une magnifique oeuvre baptisée CRUCIFIXTION ( avec un T en supplément pour faire plus créatif) je suis allé la poser clandestinement dans l'une des salles du château de Oiron, temple de l'art contemporain.



"CRUCIFIXTION" aura vécu peu de temps parmi les grandes signatures. Elle a été bien vite débusquée et retirée par le responsable des collections dont je salue la perspicacité, encore que "CRUCIFIXTION" soit d'une puissance évocatrice bouleversante qui, d'évidence, n'est pas claire.

Qu'est devenue cette magnifique création ?

Elle a été déposée dans le bureau de l'administrateur en attendant peut-être une résurrection.



Il faudra alors la rebaptiser "CRUCIFIXTION-PAROUSIE", parousie qui veut dire comme tout le monde le sait : le retour du Christ.
(merci à J pour ces clichés)



samedi 17 octobre 2015

La phrase romanesque

Avec les lettres-océan on ne peut pas dire "j'arrive"
seulement "je suis partie" ;
avec des lettres-océan le futur
n'existe pas.
(Apache)


mercredi 14 octobre 2015

Vézelay comme vous ne l'avez jamais vue (5)

Voici une visite guidée de Vézelay, mais une visite insolite comme on n'en fait jamais, la vérité est trop brutale.
On vous dira que cette scène est l'évocation de la construction de l'arche de Noé. Une arche en osier !!!
Moi je veux bien qu'on raconte n'importe quoi, mais il y a quand même des limites.
Non la vérité est bien plus simple : un manouche vient vendre un panier à un brave type. Celui-ci doit en avoir par dessus la tête d'acheter des paniers parce qu'il a sorti sa hache et va mettre en pièces celui qu'on lui propose pour la énième fois.
Certes les manouches ne sont pas les témoins de Jéhovah, mais il y a des fois, ils sont insistants aussi. Ma mère disait "il faut leur acheter des paniers, il faut bien qu'ils vivent ces gens" Du coup, moi j'ai des paniers plein le garage... Je peux même leur en (re)vendre !
Au Moyen Age déjà c'était le cas. C'est fou ce qu'on apprend en levant les yeux à Vézelay.


mardi 13 octobre 2015

Vézelay comme vous ne l'avez jamais vue (4)

Voici une visite guidée de Vézelay, mais une visite insolite comme on n'en fait jamais, la vérité est trop brutale.

En voilà un beau chapiteau. Les ouvrages savants vous disent qu'il s'agit là du moulin mystique. A gauche Moïse donne du grain et Saint-Paul recueille la farine. Bref on passe du brut au raffiné...
Bien sûr c'est archi-faux. On assiste là à un accident de la route. On voit bien la roue du véhicule toute déformée et le conducteur qui essaye de retirer ce qu'il peut du coffre arrière cependant que le passager prend son bagage.
Pourquoi le sculpteur roman a-t-il voulu illustrer de manière aussi saisissante un banal fait divers ? C'est là le mystère ! L'interprétation de la scène ne fait aucun doute, mais son intérêt laisse dubitatif. Est-ce une allégorie de la vie qui parfois bascule dans le fossé, est-ce une pub pour une compagnie d'assurance qui aurait sponsorisée le pilier ? On n'en sait pas plus à l'heure où sont écrites ces lignes.

lundi 12 octobre 2015

Jules écrit à Nadine Morano

Bonjour Mme Morano,
Comme beaucoup, je vous soutiens contre les bien-pensants.
Continuez de dire ce que les racistes disent tout haut.
Continuez d'incarner une droite vulgaire et décomplexée des idées extrémistes.
Continuez votre Oeuvre, vous ne pouvez faire que du bien à la gauche, mais malheureusement aussi au Front national...
Courage Nadine ! On a besoin de gens comme vous pour continuer de nous énerver, nous outrer et nous dégoûter de vos discours au mieux très maladroits, au pire nauséabonds...


Nadine Morano, relayée par sa machine politique répond. On jugera de la pertinence du propos qui fait suite au précédent lequel, pourtant, était sans ambiguïté.




Bonjour,

Je vous remercie très sincèrement de votre message auquel je suis profondément sensible !

Comme vous, je ne peux me résoudre à la dictature de la bien-pensance en France où le débat démocratique est confisqué.

Je ne savais pas que citer les propos du Général de Gaulle susciterait un tel lynchage médiatique et une telle hystérie chez mes "amis (sic)" politiques qui font hélas, le jeu de nos adversaires.

Voici le texte exact, extrait de son livre « Mémoires d’Espoir » page 181, évoquant l’Europe : « C’est ce que nous allons faire sur le vaste champ de l’Europe. Pour moi j’ai de tous temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les Nations, qui la peuplent. Toutes étant de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde son caractère et son organisation »

On me reprocherait d'avoir blessé des gens...c’est surtout ceux qui ont manipulé ma phrase qui ont blessé ! Car chez ceux qui ont suivi l’émission, j’en doute d'après les nombreux commentaires qui me sont parvenus, il me semble donc avoir été claire. Je n’ai jamais dit que les Français étaient de race blanche, c’est une différence majeure ! Notre communauté nationale est composée de ses habitants quelles que soient leur couleur, leur origine, leur histoire, leur croyance.

Mais affirmer que le peuple de France aujourd’hui est en majorité de type blanc ou de couleur blanche choisissez le mot que vous voulez… n’est pas une offense faite à qui que ce soit, c’est une réalité factuelle que chacun peut comprendre ! Vous voyez bien que c’est l’interprétation et la manipulation grossières de mes propos qui ont pu blesser.

J’ai besoin de vous et dans la perspective de proposer un véritable projet pour la France, j’ai créé le Rassemblement Pour le Peuple de France.

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez adhérer ou faire un don au RPPF que je préside en cliquant ici :

http://www.rassemblementpourlepeupledefrance.com/

Vous pouvez également me transmettre l’ensemble de vos coordonnées, votre adresse postale et numéros de téléphone afin de suivre mon actualité et recevoir toutes les informations utiles.

Sachez enfin que je ne renierai jamais mes convictions encore moins sous la menace de me retirer un poste.

Vous pouvez compter sur moi pour porter la voix du peuple de France.

Pour terminer vous pouvez retrouver mon intervention dans les 4 Vérités sur France 2 en cliquant sur le lien suivant :

https://www.facebook.com/Nadine.Morano/videos/vb.69361265792/10153006487030793/?type=2&theater

Fidèlement Nadine MORANO

Vezelay comme vous ne l'avez jamais vue (3)

Voici une visite guidée de Vézelay, mais une visite insolite comme on n'en fait jamais, la vérité est trop brutale.


Ces humains à tête de chien seraient des habitants des Indes ... Pourquoi pas de Patagonie pendant qu'on y est ?
Non ! Il est temps de vous dire la vérité : ces humains à tronche de dogues représentent les capitalistes, patrons et autres "exileurs" de fisc. On les voit se gratter le cou en se disant "comment pourrait-on bien encore exploiter ce chien de peuple ?" Le chien n'est pas celui qu'on croit !

Il faut rendre hommage ici à la sublime inspiration du sculpteur qui,  par ailleurs, avait emprunté sur 35 ans pour se payer sa misérable chaumière et qui voyait arriver, à chaque fin de mois, les menaces et agios de son banquier Lombard. Comment savait-il que dix siècles plus tard rien n'aurait changé ?
Sans doute parce que cet artiste avait une profonde connaissance de l'âme humaine.
Quand la révolution viendra les chiens nous lécheront les mains.

dimanche 11 octobre 2015

Narvalo


Vézelay comme vous ne l'avez jamais vue (2)

Voici une visite guidée de Vézelay, mais une visite insolite comme on n'en fait jamais, la vérité est trop brutale.


Version officielle :
quatre personnages à bonnets de mage, Patins montés sur hauts talons, bâtons évasés en leur terminaison. Ils seraient assyriens.
Faux : ce sont des drags queens très communes à l'époque. On les reconnait bien avec leurs talons hauts
Très communes à l'époque elles animaient les banquets des chevaliers et chantaient des airs paillards


Il n'était pas rare qu'un chanoine coquin les fassent venir pour pimenter un peu le choeur.

Le taille crayon, la vidéo revue et corrigée


mercredi 7 octobre 2015

Vézelay comme vous ne l'avez jamais vue (1)

Voici une visite guidée de Vézelay, mais une visite insolite comme on n'en fait jamais, la vérité est trop brutale.

Vézelay c'est là que Saint-Bernard a prêché la deuxième croisade, sur le flanc nord de la butte pour être précis, donc à droite sur la photo.

On y voit mille merveilles comme ces êtres à grandes oreilles

Ces personnages à grandes oreilles sont les panotii (connus par Pline l'Ancien).
Voilà pour la version officielle.
Mais ces grandes oreilles sont en réalité une préfiguration de celui qui écoute nos conversations, lit nos courriels et examine en ce moment même le blog. Le sculpteur qui avait probablement fumé pas mal d'herbe a eu cette vision. Il l'a sculptée pendant que le chef était au bistro.
On n'a pas pu enlever : c'était taillé dans la masse et pas question de tout refaire. Evidemment quand le chef a demandé ce que c'était et que l'autre a répondu "big brother", il a été fouetté. 

Moi je dis : "chapeau".

mardi 6 octobre 2015

un caprice, n° 24


Dessin : Louie Travis

Nous avons forniqué joyeusement cette nuit là. Ce fut ... comme j'ai dit. D'égale à égal. Elle préparait le concours de violon solo. Elle travaillait le caprice n° 24 de Paganini


Traits rapides, pizzicati, arpèges brisés, grands sauts intervalliques, harmoniques, doubles cordes, tout est là-dedans chausse-trappes et embûches.
Au matin je lui demandais de bien vouloir jouer ce caprice, nue devant moi...

...Elle accepta.
(merci à Th. )