Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 31 janvier 2016

Par les temps qui courent


Conte express Jérôme sur Kepler 452 b


Kepler 452 b

Jérôme s'éveille après un long voyage.


En dormant il a fait bien du chemin. La machine s'est posée sur Kepler 452 b. 

Il s'étire et n'a qu' un vague souvenir de son rêve, il a duré 25 millions d'années. Il se rappelle cette course moelleuse dans les vignes, dans la pente, avec … en bas... une rivière qui tourne, et une femme au milieu.


Il met sa combinaison et descend l'échelle. Il met le pied dans de l'herbe. Il regarde : il est dans un immense vignoble. Cette planète connaît la vigne. Il écrit sur l'écran de son bras gauche « cette planète connaît la vigne » et il ajoute « !!! » Son message sera reçu dans 6 siècles sur la terre qui ne saura plus alors ce que signifie le mot vigne, on croira que Jérôme a versé dans un trou noir et qu'il a inventé des mots absurdes.

Il arpente sans hâte ce vignoble immense. Aussi loin que porte son regard il voit de la vigne. Il marche durant cinq jours, il se repose un peu. Il dort. Il suce cette pâte nutritive qui arrive dans le casque de sa combinaison par un petit tube, et qui a un léger goût de pain bio arrosé de 3M. Enfin il voit un habitant de Kepler 452 b, l'être lui ressemble comme un jumeau. L'être lui tend la main avec un beau sourire et lui dit « bonjour, je m'appelle Jérôme! ». Un autre autochtone arrive en riant et lui aussi dit : « bonjour, je m'appelle Jérôme! ». Puis un troisième, puis un quatrième. Ils sont bientôt vingt-deux et tous s'appellent « Jérôme » … Et tous lui ressemblent.


Ils lui font signe de retirer son casque. Il vérifie que l’atmosphère de Kepler 452 b est respirable. Oui,  le rapport oxygène/azote est parfait, peut-être un peu riche en oxygène. Jérôme retire son casque et ressent cette légère griserie qu'il connaissait bien quand il était vigneron, il y a très longtemps, en Champagne, au bord de la Marne

Et il dit cette chose simple :

« bonjour, je m'appelle Jérôme! »

Tout le monde rit de bon cœur sur Kepler 452 b. Tout le monde s'appelle Jérôme.

La vie est belle sur Kepler 452 b. Chacun fait ce qu'il veut quand il veut. Personne n'appartient à personne. L'amour est libre, les femmes douces, et les nuits sont longues et chaudes. Oh la belle planète !

Longtemps après Jérôme ( le nôtre ) se souvient de son vaisseau, et surtout il se rappelle ce que renferment les soutes. Avec ses amis (ils s'appellent tous Jérôme) et avec sa compagne (une ravissante femme fluide et pétillante qui s'appelle aussi Jérôme) il entreprend le voyage. Au milieu du vignoble il retrouve sa capsule intacte. Sur le clavier il compose le mot-code « JEROME » et la soute s'ouvre.

Alors son voisin lui demande : « rien de peccamineux là-dedans, hein Jérôme, j'espère ? »

_ « Certes non Jérôme, cher aliboron ( ceci dit avec facétie), rien que de saveur gamine et de lampée franche ». ( sur Kepler 452 b on a du vocabulaire, en raison de l'excès d’oxygène).

Dans la soute étaient des caisses de champagne, de ce champagne rare avec ce nom sur l'étiquette : "Jérôme Bourgeois-Diaz", un vin fin comme une émotion toute neuve, avec des saveurs de voyage et des souvenirs lointains.

Ce vin qui avait subi des pressions extrêmes et des lenteurs extravagantes, était parfait... sublime.


On en but ce jour-là sur Kepler 452 b, et les bulles qui filaient le long du verre s'échappaient intactes dans l'espaces. C'était beau ! 


Alors Jérôme fut adopté pour toujours par tous les Jérôme de la planète soit : 847.563.321.999 habitants. Ils leur enseigna l'art de la bulle.Et ce fut un grand bonheur sur cette planète qui ne connaissait jusqu’alors que les vins tranquilles. Il apprit aussi à sa jeune compagne le "french kiss", mais ceci est d'ordre privé.

FIN
http://www.bourgeois-diaz.com/index.php?lang=fr



 






Elle s’appelle Kepler-452b et c’est l’exoplanète qui ressemble le plus à notre bonne vieille Terre ! Cette nouvelle venue parmi les 1935 planètes extrasolaires découvertes à ce jour se situe à 1400 années-lumière de la Terre, en direction de la constellation du Cygne. Son rayon est d’environ 1,6 fois celui de la Terre et elle parcourt son orbite en 384 jours autour d’une étoile très similaire à notre Soleil. Elle se situe donc dans la zone d’habitabilité de son étoile. Mieux même : Kepler-452b reçoit de la part de son étoile autant d’énergie que la Terre de la part du Soleil. Bref, on l’aura compris : pour l’heure, l'exoplanète et son étoile constituent le système le plus similaire au binôme Terre-Soleil. Cela pourrait donc être une "super Terre", autrement dit une planète dont la masse est inférieure à 10 fois la masse terrestre.(Source : Sciences et Avenir)


mercredi 27 janvier 2016

Anarchie comme Amap

http://www.reporterre.net/A-Saint-Denis-l-AMAP-est

A Thouars il y a du jus !

Rue Marie de la Tour, le n° 1 est occupé par un transformateur. Alors moi j'ai envoyé par la Poste cette belle lettre:

"Cher transformateur
"je pense que tu dois être surpris, ce n'est souvent que tu reçois du courrier et j'imagine que personne, jamais, ne te souhaite une bonne année, alors moi, je te transmets mes meilleurs voeux ; plein de beaux volts et de la puissance en plus pour 2016, je n'oublie pas cette belle loi d'Ohm : U= RI ( la tension = la résistance multipliée par l'intensité)... C'est beau comme un programme politique "la tension est égale à la résistance multipliée par l'intensité "! Eh bien je souhaite qu'en 2016 tu puisses appliquer cette magnifique règle sans qu'on vienne te chercher des électrodes dans la tête."
Et puis, par faiblesse, je l'avoue, j'ai ajouté
"PS : tiens moi au courant".

Par les temps qui courent


mardi 26 janvier 2016

Des fois on se demande...

Dans un article du début du mois ("NR") sous le titre "Thouars continue de perdre des habitants "(9.302 au dernier recensement), le maire explique d'une façon lumineuse :

_ " si on peut investir, on va le faire".
C'est toujours mieux que le contraire.

Et en observant le chiffre qui baisse, qui baisse, qui baisse, il (toujours le maire) estime " ça nous conforte dans l'idée qu'il faut poursuivre les mesures pour inverser la tendance." A l'évidence les mesures ont été vaines, mais il faut les poursuivre...

En attendant la plus vieille tranchée de Thouars ( deux ans) n'est pas encore bouchée dans le centre ville, le maire qui  n'a pas été interrogé sur ce sujet n'a pas répondu : " si on y pense on va le faire, ça nous conforte dans l'idée qu'il faut nous faut poursuivre nos réflexions pour y penser".
Il se murmure - mais ce n'est pas confirmé - que des touristes font spécialement le détour pour venir photographier le trou. Il se dit même que Hollywood veut en faire un film...


Par les temps qui courent


lundi 25 janvier 2016

L'arrêté bête


Place Saint-Médard à Thouars : le stationnement ne peut excéder deux heures ! Les restaurateurs et les coiffeurs s'émeuvent légitimement : prendre une prune après l'addition risque de chasser le chaland.
Le maire rassure : "j'ai demandé aux agents de faire preuve de discernement" précise la "NR" dans son édition d'hier.

Outre le fait que ce soit discriminatoire ( il y aurait des clients privilégiés et d'autres pas ) on se demande bien comment les agents pourront faire preuve de "discernement" ? Comment savoir où est le chauffeur de l'auto qui est resté plus de deux heures sur une place ? S'il est bien coiffé ou si son haleine exhale l'onglet sauce au poivre ?

A moins que ce soit une manière d'avouer que cet arrêté municipal est stupide et ne sera jamais appliqué, il rejoindra dans le fond d'un tiroir celui qui permet de verbaliser les maîtres des chiens qui se soulagent dans le centre, il suffit d'arpenter la ville, avec prudence et discernement, pour juger de sa totale vacuité.

Par les temps qui courent


Pouvoir, enfin


dimanche 24 janvier 2016

Blaise c'est mon vieil ami

Il est parti pour ficher le camp ! Le train partait .

une mine :
http://www.rts.ch/archives/dossiers/4805494-blaise-cendrars-au-firmament.html


ou bien:



A Bressuire on est toujours un peu surpris

Sur le panneau stationnement interdit il est précisé " stationnement interdit"...
La limitation de vitesse des fauteuils roulants est très stricte : " 2 km/h dans les couloirs". Et le taux d'alcoolémie dans une salle d'opération est strictement fixé à zéro. Enfin le contrôle technique des prothèses doit s'effectuer tous les deux ans par un atelier agréé. 

samedi 23 janvier 2016

Pour la traversée des solitudes

Il faut avoir chevauché ces étendues amicales et funestes pour savoir qu'elle est là, sur l'épaule, plus fidèle que soi-même.

La phrase romanesque

Au théâtre le souffleur avait des trous de mémoire
on a été obligé de le licencier, mais il venait quand même
il avait oublié qu'il ne faisait plus partie du personnel.
(Balthazar Forcalquier)

mercredi 20 janvier 2016

Les voies du seigneur sont impénétrables

En Bretagne, il y a peu, j'ai croisé ce tronc "général" dans une charmante église du littoral. Je me demande quel pouvoir à ce "général" sur les autres troncs ? Son vin de messe est peut-être meilleur...

La Gamelle, une chanson populaire en somme


Courrier de l'Ouest :

ça cause de moi... Enfin un peu


Le héros Balthazar, professeur de philosophie quotidienne, enseigne qu'il n'y a rien de remarquable ou de singulier dans la vie,  que les plus étranges aventures s'expliquent aisément, et que tout est fait d'ordinaires.

Maurice Leblanc a ecrit ca, et Gilles Deleuze l'a repris dans son livre, L'image-temps.

mardi 19 janvier 2016

En hommage à Brassens Jameau s'y colle

"J'ai entendu"

Bach le pote des potes

Bach est un chic type.
On sait peu de lui, sauf une facture de vin retrouvée. Une belle facture ! Je l'aime pour cela aussi.
A Leipzig il devait écrire une cantate sacrée par semaine... Et pour se détendre il en écrivait une autre, profane, pour jouer avec ses potes du café Zimmermann en buvant de la bière


Dieu écoute Mozart par plaisir et Bach par reconnaissance.


lundi 18 janvier 2016

Joël Jameau chante "ça c'est rigolo"


Ils ne vécurent pas heureux (le colonel Robert Mescouilles 3 e et dernier épisode)

Donc la repasseuse toussa et expira dans une soupente mouillée, et son galant Savoyard disparut sous huit tonnes de terre soulevées d'une seule masse par un obus de 120 ( un beau calibre envoyé par un Gamma Mörser estampillé Krupp). Certes la facture pour chaque coup tiré était importante : 3.000 marks, mais le trou était beau et la viande hachée menue.
Donc ces deux-là ne vécurent pas heureux et n'eurent pas d'enfants du tout. Leur intime dilection fut dissoute dans leur commune complicité car personne ne savait les liens si beaux et si forts qui s'étaient noués un jour d'été au bord d'une guinguette.

La noce promise en murmures fut annulée et le bouquet de fleurs d'oranger remplacé par une maigre brassée de genets sur sa tombe à elle, et rien pour lui puisqu'il avait disparu au sens propre du terme.
Qui s'en souvient ? On ne sait même pas leur prénom.
Dessin Laurie Lipton

dimanche 17 janvier 2016

Joël Jameau chante et c'est bien

"Ils ne savent plus" un texte de Liliane Wouters mis en musique par Joël Jameau.

L'amour fou (le colonel Robert Mescouilles 2 e épisode)

Dessin : Louie Travis
Elle avait dans la tête un amoureux.
Sa tâche ne lui suffisait pas, elle allait dans d'extravagantes évagations, des folies de fille.
Il était de ces hommes qui arpentent les toitures.
Elle était repasseuse. Il était Savoyard insensible au vertige. Au bal du 14 juillet en riant elle accepta une valse et un broc de bière. Elle ne sut ce qui lui tourna la tête le plus, son esprit virevoltait.
Elle repassait des uniformes.
Et lui, qui aimait les cimes, devint soldat du génie . Il apprit à creuser les sentes, les sapes et les boyaux . Son officier était le colonel Robert Mescouilles dont on ne riait pas.
Elle expira en toussant.
Lui, après avoir égorgé son officier dans les craies de Champagne, mourut à la ferme de Navarin en septembre  1915, là même où Blaise Cendrars vit son bras droit s'envoler vers la constellation d'Orion.
Lui, le Savoyard fut enterré vif par un obus alors qu'il franchissait seul le parapet en hurlant de fureur.
Qui connaît leur histoire ?



samedi 16 janvier 2016

La phrase romanesque

Hapax : c'est un mot qui a été utilisé une seule fois dans un texte !
Comme "pleuroir" ( pleurer comme il pleut)
"Elle l'avait quitté pour un autre, c'était au plein de l'été, il pleuroyait sous la canicule" ( Balthazar Forcalquier dans cet inoubliable livre : " la femme est comme un sentier, ne t'occupe pas de celui qui t'a précédé et celui qui te suivra").


Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach, Bach,

BACH !
et avec Masaaki Suzuki,  c'est le meilleur foi de Balthazar


Interdit aux petizenfants !

Et archives juillet 2014

mercredi 13 janvier 2016

Conte express : le colonel Robert Mescouilles ( 1 er épisode)

Certes, son nom dans les chambrées, faisait ricaner : colonel Robert Mescouilles
Dessin Louie Travis.

Mais sa tépidité n'était que de façade. Son air était stupide : il l'était. Sa  trogne était alcoolique : il l'était. Sa lippe était veule : il l'était. Mais il n'était pas mou ! Il n'avait pas son pareil pour faire régner la terreur à l'heure de la revue de paquetage. A-t-on vu exercice plus stupide que ce fleuron de l'armée française ? Quand un officier vient inspecter les armoires avec cet air rogue si caractéristique des lâches imbus et des nuls galonnés. Donc Robert Mescouilles excellait dans cet art qui consiste à tâter le caleçon à angle droit et la fourragère alignée sur le montant du casier métallique. La bêtise militaire touche alors à des sommets, où il est vrai, l'oxygène manque.
Un jour il trouva sous le béret du soldat la photo d'une fiancée. 
"Pas réglementaire" hurla-t-il ; et il déchira le doux visage avant de mettre à bas tout le linge avec une rage contenue.
Le soldat pleura, c'était la seule photo de sa fiancée qu'il possédait : une belle jeune fille morte un mois plutôt de phtisie. Une photo pour laquelle elle s'était endettée (elle repassait 12 h par jour des uniformes), car à cette époque un cliché valait fortune.
Heureusement le soldat enfonça sa baïonnette dans le cou l'officier, cela se passa dans une obscure tranchée, un an plus tard, dans les craies de Champagne. Robert Mescouilles fut décoré, on estima qu'il avait été victime d'un égorgeur boche égaré dans une sente ennemie. Je crois bien que sa ville natale a baptisé de ce nom une impasse derrière l'abattoir municipal.

Quand on leur demandait "qui est votre leader" les grévistes de l'IWW répondaient " Nous sommes tous leaders", et à la question quelles sont vos revendications, ils répondaient " nous voulons tout !"
Et les amis de Joe Hill considéraient que : "l'urne électorale n'est qu'une concession au capitalisme. Lâcher quelques bouts de papier dans une boite n'a jamais accompli l'émancipation de la classe ouvrière.
"


IWW ( industrial workers of the World"


Une chanson de Joe Hill par Cisco Houston qui chantait avec Woddy Guthrie.



"The Tramp : c'est l'histoire d'un type qui ne trouve pas de boulot "fauché il n'était pas du genre qui se dérobe. Il cherchait dur du travail, mais entendait partout la même rengaine, traîne, traîne , traîne, y a rien pour toi ici. Sur le chemin il voit une pancarte "travaille pour Jésus" il s'agenouille à s'en faire saigner les guibolles, mais au déjeuner il entendit pleurer le curé. Un flic le conduit chez les juges qui lui dit que les clodos "on en veut pas ici". Enfin il meurt, mais Saint-Pierre, petit vieux mesquin lui claque la porte au nez. Alors il va frapper à la porte de l'enfer et le diable lui répond : "dégage sale hobo.
Hobo : celui qui voyage dans les wagons de marchandise


Un film sur woody "bound for glory"


et cette curiosité
et celle-ci
parce que ce n'est jamais fini (heureusement)
Nous ne sommes pas nombreux mais on  s'en fout !


mardi 12 janvier 2016

Petites annonces (1)

Loue loup (première main)
 
Vends escabeau, cause décès (première main)


Loue patron à la journée ( pour travaux inutiles)

Besoin de rien ? Je fournis tout !













Pessoa : Sans rien dire, sans rien penser, sans dormir

Le chandelier
je me replie vers l'intérieur et ferme la fenêtre
on m'apporte le chandelier, on me souhaite bonne nuit
et ma voix contente répond bonne nuit
puisse-t-il toujours en être ainsi de ma vie
le jour plein de soleil, ou bien adouci par la pluie
ou encore orageux comme si c'était la fin du monde
Le soir plein de douceur et les journaliers qui passent
observés de la fenêtre avec intérêt
Le dernier regard amical envers la sérénité des arbres
et puis la fenêtre fermée, les chandelles allumées
Sans rien dire, sans rien penser, sans dormirsentir la vie s'écouler en moi comme une rivière dans son lit
et dehors un grand silence comme un dieu endormi.

dimanche 10 janvier 2016

Francis et Pierre chanson engagée



Balthazar grand-père !


Sapristi me voilà passé dans la catégorie des vénérables. Ulysse est né, fils d'Elsa et de Simon. J'ai bien commencé à lui parler de la nécessité d'adhérer sans tarder à la fédération anarchiste mais il a fait mine de dormir, m'en fous je vais lui foutre cet autocollant sur son berceau. 

Mais il apprend vite : la preuve !



samedi 9 janvier 2016

Pour le rouge-gorge et pour nous

Marcel Kanche habite, je crois , à Melle.


la phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire. La phrase romanesque est là pour vous aider. Elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout le long de la semaine !

Vivre sans moi... cela doit être horrible !
(Balthazar Forcalquier)

vendredi 8 janvier 2016

Joe Hill "une tarte au ciel"





Joe Hill militant du syndicat proche de l'anarchie IWW (Industrial Workers of the Wolrd) a composé cette chanson (1911) ; l'expression "pie in the sky" a fait florès, elle est passée dans le langage commun pour signifier une promesse en l'air et cynique.
Inventer une expression n'est pas donné à tout le monde !
Aux USA cette chanson est très très très connue elle a été tout de suite un grand succès qui faisait marrer en disant les vérités qui fâchent.



Chaque soir sortent les prêtres à cheveux longs
qui t'expliquent c'qui est mauvais c'qui est bon
Mais si tu demandes quelque chose à manger
Ils te répondront d'une voix sucrée :


Tu mangeras plaise à dieu
Dans ce glorieux pays au-delà des cieux
Travaille, prie et vis sur la paille
t'auras de la tarte au ciel (Pie in the sky)quand tu mourras


A l'armée du salut ils font du bruit
Ils chantent ils applaudissent et ils prient
Pour avoir ta monnaie dans la timbale
Et t'annoncer que tu crèves la dalle


C'est l'une des chansons les plus populaires de Joe Hill.

L'aphorisme de la semaine

Quand on ferme un dictionnaire bilingue, on entend un bruit de baiser.
(Jean-François Mathé)
  

jeudi 7 janvier 2016

Un coup de main ! vite !


Cabu : la légion d'honneur !!!

Cabu décoré de la légion d'honneur ? Je me suis frotté les yeux. Je me suis curé les oreilles. Et personne ne couine ? Sauf le Canard Enchaîné, heureusement.
Cabu, mon ami Cabu ils t'auront tout fait !
Comme ils doivent te haïr pour t'imposer une telle humiliation.


mercredi 6 janvier 2016

Le Béquillard et polochon blues... ahhhhh !

Lui aussi un pote


Des fois je me demande...

Un homme du néolithique qui croiserait cette empreinte ...
Je me demande ce qu'il se dirait :

_ Gmuf ! ( expression de surprise) la tribu Adidas est dans le coin, à moins que ce soit les cros magnon de Nike !

lundi 4 janvier 2016

Joe Hill un précieux camarade (1)


Syndicaliste, chanteur, dessinateur, Joe Hill au début du XXe siècle chantait pour que les ouvriers s'unissent dans le syndicat IWW, plus anar que coco.
Ici il se moque de Casey Jones qui en dépit de la grève continue son boulot de cheminot, on appelle cela un "jaune"!

"Les travailleurs de la ligne SP appelaient à la grève
Mais Casey Jones, le mécano, ne ferait pas grève du tout
Sa chaudière qui fuyait, ses conducteurs sur le carreau,
Et sa loco et ses potes, tous étaient hors du coup.

"Casey Jones a fait tourner sa guimbarde
Casey Jones a mis les bouchées doubles
Casey Jones a eu sa médaille en chocolat
Pour avoir été gentil avec la Southern Pacific."

Joe Hill

Photos interdites pour commencer

Mise en jambe pour démarrer l'amorce de la relance du blog
 Interdit au moins de 4 ans 


 Interdit à Jean-Sébastien Bach


 Interdit à l'amateur d'art


 Interdit  à celui qui ne prend jamais d’auto stoppeur 
 Interdit avec de la sauce gribiche

Interdit aux abstèmes ( qui n'aiment pas le vin !!! Il paraît qu'il en existe)


                                                                       Interdit aux chiens
 Interdit aux acheteurs compulsifs

                                                                  Interdit aux porteurs de dentier



                   Interdit à ceux qui ont peur de la Révolution

                                                
Interdit aux capitalistes

Et Vive la liberté !
Interdit d'interdire