Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mercredi 30 novembre 2016

Au clavecin


ça tourne, ça file, ça revient, ça estourbit, ça fait léviter, c'est beau comme une cheville de fille qui danse.


Une lectrice ( un peu admiratrice)  m'écrit :

Très cher Balthazar,

Oserais-je être indiscrète et vous demander comment travaillez-vous ? Dans quel cadre champêtre merveilleux, ou dans quelle bibliothèque toute panneautée de volumes en pleine peau et de marqueterie en bois de rose?

PS : veuillez trouver ci-joint un chèque de soutien de 50.000 €.



Réponse

Chère lectrice inconnue,

A l'exemple de Blaise Cendrars qui tenait le conseil de Guillaume Appolinaire : il faut écrire face à un mur nu. La fenêtre incite à la rêverie et non au labeur. J'ai - pour vous - photographié mon humble bureau qui est d'une simplicité monocale, comme vous pouvez le constater.
Merci de votre don. Je suis pour la gratuité totale, mais, comme le disait le père de Dédé ( un ami de Mazières-en-Gâtine) : " l'argent ne fait pas le bonheur, mais c'est bien utile pour faire les courses" Et j'ajoute, surtout au rayon du Duhomard!


mardi 29 novembre 2016

Trois dessins


Serre



Balthazar


Jean-François Mathé

Gonflé !



Un lecteur, m'envoie cette photo. Mille mercis.

C'est vrai que je suis un peu gonflé parfois et qu'il y a longtemps que j'ai lâché du lest.






lundi 28 novembre 2016

Un compagnon de route

 



The Last Thing On My Mind (C'était La Dernière Des Choses Que J'aurais Voulu Faire)


It's a lesson too late for the learnin'
C'est une leçon qui vient trop tard pour que je puisse l'apprendre
Made of sand, made of sand
Faite de sable, faite de sable
In a wink of an eye my soul is turning
En un clin d'oeil mon âme se retrouve
In your hand, in your hand
Entre tes mains, entre tes mains


[Chorus]
[Refrain]
Are you going away with no words of farewell
Me quittes-tu sans un mot d'adieu
Can there be not a trace left behind
Ne restera-t'il aucune trace (de notre amour)
I could have loved you better
J'aurais pu t'aimer mieux
I didn't mean to be unkind
Je n'ai jamais voulu te faire du mal
You know that was the last thing on my mind
Tu sais que c'était la dernière des choses que j'aurais voulu faire


As we walk along my thoughts are tumblin'
Alors que nous marchons mes pensées tournent en rond
Round and round, round and round
Tournent en rond, tournent en rond
Underneath our feet the subway's rumblin'
Sous nos pieds le métro gronde
Underground, Underground
Sous le sol, sous le sol


[Chorus]
[Refrain]


You got reasons aplenty for going
Tu as des raisons en quantité pour me quitter
This I know, this I know
Oui je sais, oui je sais
For the weeds have been steadily growin'
Car les mauvaises herbes ont poussé régulièrement
Please don't go, please don't go
Je t'en prie ne pars pas, je t'en prie ne pars pas


[Chorus]
[Refrain]


[Music]
Musique


As I lie in my bed in the morning
Allongé dans mon lit le matin
Without you, without you
Sans toi, sans toi
Each song in my breast dies of abornin'
Chaque chanson dans mon coeur est mort-née
Without you, without you
Sans toi sans toi


[Chorus]
[Refrain]


Darling, that was the last thing on my mind
Chérie, c'était la dernière des choses que j'aurais voulu faire
 

Blaise l'anar

On ne lit plus guère Blaise Cendrars aujourd'hui, et c'est bien dommage, la preuve dans "Bourlinguer" :
... Le prolétaire qui se saoule le samedi soir "après le turbin" ou l'ouvrier agricole le dimanche matin, jours de paie, ce n'est pas tant pour oublier sa misère que pour protester contre le patron qui l'écrase, le politicien qui l'exploite, le militaire qui le fait baver, l'ordre établi, la loi, la police, l'Etat qu'il emmerde, ce régime d'usines, de bagnes, de prisons qu'il faut foutre par terre, comme ça ! ...


y a pas que les merlans ! (2)

 Les calembours dans les enseignes ne sont plus réservés aux coiffeurs !





dimanche 27 novembre 2016

Un vieux compagnon

Tom Paxton est un auteur compositeur interprete, fortement engagé notamment dans la guerre du Vietnam, cette chanson ici témoigne de cette affirmation : Elle raconte l'entrée dans un camp de guerre d'un civil qui fera surement partie d'un contingent pour la guerre(le contingent étant l'ensemble des civils qui ont été appelé a la guerre) comme en témoigne le mot "conscript" qui veut dire "appelé", mobilisé en quelques sortes.
Cette chanson se fonde sur un dialogue imaginaire entre une recrue ("Oh Sergeant i'm a draftee") et un sergant deja bien intégré dans le camp. Tout au long de la chanson Paxton dénoncera habilement les conséquences de la guerre, notamment avec l'anaphore, mise a chaque fin de couplet mais avec quelques variantes : "You must Give Me lessons Sergeant For I've Never Killed Before" ( Vous devez me donner des lecons car je n'ai jamais tué de ma vie).
Paxton, a travers sa chanson, dénonce l'absurdité de la guerre et notamment sa barbarerie. Ainsi, selon sa chanson, tuer son ennemi deviendrait donc un art plus qu'une simple besogne, qui s'apprend a raison de temps " To learn To Kill The enemy and the to slaughter more" ("Apprendre a tuer mon ennemi et puis l'abbatre encore plus")
La recrue, dans sa longue entreprise guerriere apprend donc les "rumeurs" qui courent a propos de l'ennemi, "There are rumors in the camps about our enemy", il paraitrait qu'il nous ressemble comme deux gouttes d'eau, "They say that when you see him, he looks just like you and me", la recrue apprend donc que l'ennemi est un humain, pas une machine, mais le sergent, trompeur, le nie car "c'est un homme de guerre", "You deny it sergeant, you're a man of war". La conséquence direct serait donc qu'il donne des lecons a la recrue "car il n'a jamais tué de sa vie", "So you must give me lessons for I've never Killed Before".
Les quatrieme et cinquieme couplets parlent maintenant de ce que le sergent lui instruira, la recrue se montre maladroite elle ne sait pas encore comment utiliser la bayonnette "I haven't got the hang of how to use the bayonet", puis de sa conduite face a l'ennemi, dénoncé par un simple pronom "Si il ne meurt pas tout de suite, dois-je enfoncer la bayonette encore plus loin ? ", "If he doesn't die at once, Am I to sick with it more ? " cette question souligne donc la barbarerie de la guerre, sa parfaite idiotie, et surtout le fait qu'aucun civil n'est censé pouvoir se servir de ce genre d'équipement.
Paxton, fait ensuite connaitre a sa recrue la grenade qui parait completement absurde a l'oeil de l'appelé "The hand grenade is somethin' that i just don't understand", il décrit habilement son fonctionnement, a travers les paroles du sergent "Vous devez la jeter rapidement ou vous perdrez votre main", ("you've got to throw it quickly or you're apt to lose your hand")
Enfin dans son dernier couplet, on apprend que la recrue est finalement formée et enseignée a tuer, le remerciement est évidemment ironique, "I want to thank you sergeant for the help you've been to me" (je voudrais vous remercier de l'aide que vous m'avez apportée) l'ironie est renforcée a la ligne d'apres, le sergent lui a appris a" tuer et a detester son ennemi" (You've taught me how to kill and how to hate the enemy"), la recrue s'annonce prete a faire la guerre et la chanson se conclu avec la traditionnelle anaphore "I Know that it won't matter that I've Never killed Before" (Je sais que le fait que je n'ai jamais tué n'aura aucune importance").

y a pas que les merlans ! (1)

Les calembours dans les enseignes ne sont plus réservés aux coiffeurs !


Chanson anarchiste


samedi 26 novembre 2016

Trois dessins


Serre

- Excusez -le, il est tellement sensible (Mose)


La phrase romanesque

Si Mikhaïl Kalachnikov avait inventé la yaourtière au lieu d'une mitraillette, le monde en aurait été différent.
(Balthazar Forcalquier)

En compagnie de Léonard

Je me souviens que nous buvions dans une vieille bouteille d'éther remplie d'alcool. Nous écoutions "Chelsea Hotel" dans des hamacs, dans cette étrange cabine suspendue en Sologne. Tu te souviens ?
Je voulais une saharienne comme celle que portait Léonard. Et j'aurais bien aimé aussi avoir deux rides comme lui, de chaque côté de la bouche.

http://www.arte.tv/guide/fr/072182-000-A/leonard-cohen-bird-on-a-wire


Marcel Kanche chante et c'est beau


mercredi 23 novembre 2016

Les merlans font les malins (2)

Il y a longtemps nous avions ouvert ici une galerie d'enseignes de coiffeurs amateurs de calembours... En voici d'autres croisés au détour des coupes.
Jamais en peine les tailleurs de tifs, de l'interactif à l'addictif...




Balthazar et Jean-François


Généalogie du temps (Balthazar)


Lecteurs (Jean-François Mathé)



mardi 22 novembre 2016

Les merlans font les malins (1)


Il y a longtemps nous avions ouvert ici une galerie d'enseignes de coiffeurs amateurs de calembours... En voici d'autres croisés au détour des coupes.
Jamais en peine les tailleurs de tifs






Il est temps camarades !



I'm gonna tell all you fascists you may be surprised
Je vais le dire à tous les fascistes vous vous pouvez être surpris
The people in this world are getting organized
Les gens dans ce monde sont en train de s'organiser
You're bound to lose, you fascists are bound to lose
Vous êtes lié à perdre, vous fascistes êtes lié à perdre

Race hatred cannot stop us this one thing I know
La haine raciale ne peut pas arrêter de nous une chose que je sais
Your poll tax and Jim Crow and greed have got to go
Votre impôt de capitation et de Jim Crow et la cupidité ont obtenu d'aller
You're bound to lose, you fascists bound to lose
Vous êtes lié à perdre, vous fascistes lié à perdre

All of you fascists bound to lose
Vous tous fascistes liés à perdre
You fascists bound to lose
Vous fascistes liés à perdre
All of you fascists bound to lose
Vous tous fascistes liés à perdre
You fascists bound to lose
Vous fascistes liés à perdre
You're bound to lose! You fascists!
Vous êtes lié à perdre! Vous fascistes!
Bound to lose
Lié à perdre

People of every colour marching side by side
Les gens de tous les côtés marchaient côte à côte couleur
Marching 'cross these fields where a million fascists died
Marching "traverser ces champs où un million de morts fascistes
You're bound to lose, you fascists bound to lose
Vous êtes lié à perdre, vous fascistes lié à perdre

I'm going into this battle, and take my union gun
Je vais dans cette bataille, et prendre mon fusil union
We'll end this world of slavery before this battle's won
Nous terminerons ce monde de l'esclavage avant cette bataille a gagné
You're bound to lose, you fascists bound to lose
Vous êtes lié à perdre, vous fascistes lié à perdre

lundi 21 novembre 2016

Alors? Toujours pas sytndiqué ?





Il était une fois une femme de chambre de l'union( syndicat), elle n'a jamais eu peur
Des casseurs et GINKS et Fourbes de l'entreprise et les shérifs adjoints qui ont fait le raid.
Elle est allée à la salle de l'union lors d'une réunion, il a été appelé,
Et quand les garçons Légion viennent '
ronde Elle se tenait toujours son sol.

Oh, vous ne pouvez pas me faire peur, je suis coller à l'union,
je 'm coller à l'union, je suis coller à l'union.
Oh, vous ne pouvez pas me faire peur, je suis coller à l'union,
je suis coller à l'union "jusqu'à ce que le jour où je mourrai.

Cette femme de chambre de l'union était sage de les ficelles du espions d'entreprise,
elle ne pouvait pas être dupé par une entreprise tabouret, elle avait toujours organiser les gars.
elle a toujours eu son chemin quand elle a frappé pour une meilleure rémunération.
elle avait montrer sa carte à la garde nationale
Et voici ce qu'elle disait

Vous filles qui veux être libre, il suffit de prendre un bout de moi;
vous obtenez un homme qui est un homme d'union et de rejoindre «les dames auxiliaires
la vie conjugale est pas difficile quand vous avez obtenu une carte syndicale, un homme d'union a une vie heureuse quand il a une femme d'union.

Idées de cadeaux

Noël est à deux pas. Vous cherchez un cadeau, un vrai. Vous avez déjà offert l'an dernier un saut en parachute à mamy ? Et un jokari l'année précédente  à papy ?
  


Et cette année vous êtes sec ? Balthazar vous aide : offrez son bouquin, ou même ses deux bouquins. On peut le lire dès 2 ans, autant dire que vous pouvez choyer toute la famille, parce que vous risquez de faire de jaloux...


Le volume 2


Le volume 1

Pour les habitants de Thouars, allez à librairie du centre "le Brin de Lecture". Et si vous voulez une dédicace, dites le en mentionnant le nom de l'heureux destinataire et son loisir favori. On m'appellera et je ferai le nécessaire.



dimanche 20 novembre 2016

Syndiquez-vous !

Cela ne date pas d'hier






You gotta go down and join the union
Tu dois descendre et rejoindre le syndicat
You got to join it by yourself
Tu dois le rejoindre par vous-même
Ain't nobody here can join it for you
N'est-ce pas personne ici ne peut le rejoindre pour vous
You gotta go down and join the union by yourself
Tu dois aller vers le bas et adhérer au syndicat par vous-même

[Spoken:]
[Parlé:]
Working in the factories would kill a dog
De travail dans les usines de tuer un chien
Working on the belt line killed your soul
De travail sur la ligne de ceinture tué ton âme
Working in the limestone and cement quarries withered your lungs
Travailler dans le calcaire et le ciment des carrières flétries vos poumons
Working in the cotton mills shot your legs and feet all to hell
Travailler dans le filatures de coton tiré les jambes et les pieds tous en enfer
And working in the steel mills burned up your spirit
Et de travail dans les aciéries brûlé votre esprit
Like a gnat that lit in the melting pot
Comme un moucheron qui a allumé dans le creuset
But out of this whole mixing bowl of hell and high water
Mais sur l'ensemble de ce bol de mélange de l'enfer et la marée haute
The working folk have marched against Billy clubs,
Les gens de travailler ont défilé contre les clubs de Billy,
Against machine guns
Contre les mitrailleuses
And they sang their way through the whole dirty mess
Et ils chantaient leur chemin à travers la pagaille sale

Now, the bank men have got their union, and the
Maintenant, les hommes banques ont obtenu leur union, et le
Landlords got their union
Les propriétaires ont obtenu leur union
And the finance men got their union
Et les hommes financement obtenu leur union
But down south and out west
Mais vers le sud et l'ouest
On the cotton farms and working in the orchards and fruit crops
Sur les champs de coton et de travailler dans les vergers et les cultures fruitières
It's a jail house offense for a few, common everyday workers
Il s'agit d'une infraction maison de prison pour quelques-uns, les travailleurs de tous les jours communs
To form them a union and get together for higher wages
Pour former un syndicat et les réunir pour des salaires plus élevés
Honest pay and fair treatment.
Salaire honnête et un traitement équitable.
[Woody Guthrie, 1941]
[Woody Guthrie, 1941]

You gotta go down and join the union
Tu dois descendre et rejoindre le syndicat
You got to join it by yourself
Tu dois le rejoindre par vous-même
Ain't nobody here can join it for you
N'est-ce pas personne ici ne peut le rejoindre pour vous
You gotta go down and join the union by yourself
Tu dois aller vers le bas et adhérer au syndicat par vous-même

If you want a raise in pay all you have to do
Si vous voulez une augmentation de salaire tout ce que vous avez à faire
Is go and ask the boss for it and he will give it to you
C'est d'aller demander au patron pour lui et il va vous le donner
He will give it to you, my boys, he will give it to you
Il va vous le donner, mes enfants, il vous le donnera à vous
A raise in pay without delay; He will give it to you
Une augmentation de salaire sans délai; il vous le donnera à vous

Oh, put it on the ground, spread it all around
Oh, le mettre sur le terrain, il s'est répandu tout autour
Dig it with a hoe and it will make your flowers grow
Dig it avec une houe et il fera de vos fleurs poussent

Oh, the men who own the industries they own no bonds or stocks
Oh, le hommes qui possèdent les industries qu'ils possèdent aucune des obligations ou actions
They own no yachts and limousines or gems the size of rocks
Ils ne possèdent pas de yachts et de limousines ou de pierres précieuses de la taille des roches
They own no big estates with pools or silken BVD's
Ils possèdent pas de grandes propriétés avec piscines ou de soie BVD
Because they pay the working man such fancy salaries
Parce qu'ils paient l'homme au travail tels salaires fantaisie

Oh, put it on the ground, spread it all around
Oh, le mettre sur le terrain, il s'est répandu tout autour
Dig it with a hoe and it will make your flowers grow
Dig it avec une houe et il fera de vos fleurs poussent

There once was a union maid who never was afraid
Il était une fois une jeune fille qui n'a jamais syndicat avait peur
Of the goons and ginks and the company finks
Des casseurs et GINKS et la société Fourbes
And the deputy sheriff who made the raid
Et le shérif adjoint qui a fait le raid
She went to the union hall where a meeting it was called
Elle est allée à la salle de l'union où une réunion, il a été appelé
And when the company boys came around
Et quand les garçons entreprise est venu autour
She always stood her ground
Elle a toujours debout sur ses positions

Oh, you can't scare me, I'm sticking to the union
Oh, vous ne pouvez pas me faire peur, je suis coller à l'union
I'm sticking to the union, I'm sticking to the union
Je suis coller à l'union, je m'en tiens à l'union
Oh, you can't scare me, I'm sticking to the union
Oh, vous ne pouvez pas me faire peur, je suis coller à l'union
I'm sticking to the union 'till the day I die
Je suis coller à l'union "jusqu'à ce que le jour où je mourrai

This union maid was wise to the tricks of the company spies
Cette fille syndicat était sage de les ruses des espions entreprise
She couldn't be fooled by the company's stool
Elle ne pouvait pas se laisser berner par les selles de l'entreprise
She'd always organize the guys
Elle avait toujours organiser les gars
She'd always get her way when she struck for better pay
Elle avait toujours son chemin quand elle a frappé un meilleur salaire
She'd show her card to the company guard
Elle avait montrer sa carte au gardien entreprise
And this is what she'd say:
Et c'est ce qu'elle disait:

Oh, you can't scare me, I'm sticking to the union
Oh, vous ne pouvez pas me faire peur, je suis coller à l'union
I'm sticking to the union, I'm sticking to the union
Je suis coller à l'union, je m'en tiens à l'union
Oh, you can't scare me, I'm sticking to the union
Oh, vous ne pouvez pas me faire peur, je suis coller à l'union
I'm sticking to the union 'till the day I die
Je suis coller à l'union "jusqu'à ce que le jour où je mourrai

We shall not, we shall not be moved
Nous ne sommes pas, nous ne serons pas déplacés
We shall not, we shall not be moved
Nous ne sommes pas, nous ne serons pas déplacés
Just like a tree that's standing by the water
Tout comme un arbre qui se tient près de l'eau
We shall not be moved
Nous ne sommes pas déplacés

Black and white together
Noir et blanc ainsi que
We shall not be moved
Nous ne sommes pas déplacés
Our union is forever
Notre syndicat est toujours
We shall not be moved
Nous ne sommes pas déplacés
Just like a tree that's standing by the water
Tout comme un arbre qui se tient près de l'eau
We shall not be moved
Nous ne sommes pas déplacés

We shall not, we shall not be moved
Nous ne sommes pas, nous ne serons pas déplacés
We shall not, we shall not be moved
Nous ne sommes pas, nous ne serons pas déplacés
Just like a tree that's standing by the water
Tout comme un arbre qui se tient près de l'eau
We shall not be moved
Nous ne sommes pas déplacés

They say in Harlan County there are no neutrals there
Ils disent en Harlan County n'y a pas neutres y
You'll either be a union man or a thug for J.H. Blair
Vous aurez soit un homme syndicat ou un voyou pour J.H. Blair

Which side are you on, which side are you on?
De quel côté êtes-vous, de quel côté êtes-vous?
Which side are you on which side are you on?
De quel côté êtes-vous de quel côté êtes-vous?

Don't scab for the bosses, don't you listen to their lies
Ne pas briseurs de grève pour les patrons, n'écoutez-vous pas à leurs mensonges
Us poor folks haven't got a chance unless we organize
Nous pauvres gens n'ont pas eu la chance si nous organiser

Which side are you on, which side are you on?
De quel côté êtes-vous, de quel côté êtes-vous?
Which side are you on which side are you on?
De quel côté êtes-vous de quel côté êtes-vous?

Lui d'abord

Philoxène était un grec malin. Avant le banquet, il allait voir les cuisiniers où il était invité, et leur demandait de servir les plats très très chauds. Ainsi il mangeait le premier et choisissait les meilleurs morceaux, personne d'autre que lui ne pouvait les toucher. Comment faisait-il le bougre ? Aux bains il s'habituait à mettre les mains dans l'eau très chaude et s'en gargarisait même la gorge.
La gourmandise portée à ce point devient un art


Woody et Sharon

Une chanson de Woody Guthrie qui, avec l'arrivée de Trump, prend une nouvelle dimension. Et c'est beau

samedi 19 novembre 2016

Balthazar et Jean-François


Espèces protégées (Balthazar)

Lire le Goncourt (Jean-Fraçois Mathé)


La phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire. La phrase romanesque est là pour vous aider. Elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout le long de la semaine !

Y a-t-il plus noble et plus désintéressé qu'une courroie de transmission, laquelle fait des milliers de kilomètres sans voir un paysage ? A tout prendre mieux vaut être un nuage.
(Balthazar Forcalquier)


mercredi 16 novembre 2016

Balthazar


Guillotine contre la peine de mort 

Et si on s'en servait un petit ?



Aujourd'hui chers bons bougres, nous étudierons un mot cher à nos coeurs et nos gosiers : le mot cocktail. Il signifie (sans blague) quelque chose comme "cheval à qui l'on aurait coupé le bout de la queue pour que la partie restante se redresse". On pratiquait cette technique notamment sur les chevaux de trait. (Ne me demandez pas pourquoi, cet article est voué au cocktail, pas à l'amélioration de la race chevaline).
De là à composer des mélanges qui vous réveillent un mort il n'y a qu'un pas (chancelant) qui a été franchi. Un cocktail : ça vous redresse!
Avant d'aller m'en servir un p'tit, il faut bien aborder - vite fait - le cocktail Molotof cher au coeur de tout bon anarchiste. Pourtant cette bouteille d'essence équipée d'une mèche ne fut pas inventée pendant la guerre d'Espagne, mais en 39/40 par les Finlandais qui trouvèrent ce moyen bien commode pour incendier les chars soviétiques. Pas bête le "Ruskoff" reprit la formule à son compte contre les blindés nazis, et lui trouva son joli nom de "cocktail Molotov".



Sinon, dans l'épisode 28 de "Mouloud est dans de beaux draps*" on découvre la recette d'un cocktail inventé par Balthazar : " apocalypse perverse" ( blanc,gin,rhum, une pointe de sirop de rose, une once d'essence de térébentine). Attention c'est prévu pour les heures rudes !
Il y a aussi le "loi scélérate" ( épisode 32 de "Panique à la maison Poulaga"*) :blanc, tequila, cognac et un trait d'alcool à brûler avec une goutte de vernis à ongle couleur cinabre. Attention bobo la tête !
J'avoue m'être inspiré d'un livre merveilleux sur la picole, " Moscou sur Vodka", du merveilleux Vénédict Erofeiev ( chez ce merveilleux Albin Michel) Vénédict nous y livre par exemple sa recette de "tripes de chien" :30 g de shampoing "nuit sur le mont chauve" (chez les russes l'alcool se mesure en grammes),100 g de bière Jigoulis, 70 g de lotion antipelliculaire, 30 g de déodorant pour les pieds, 20 g de désinfectant antiparasitaire. " Deux verres de ce cocktail et vous atteindrait un tel niveau de spiritualité que l'on pourra vous cracher dessus à une distance d'un mètre cinquante pendant une demi-heure sans que vous bronchiez!" Merveilleux! !
* Dans Chroniques Noires à Thouars ( de votre serviteur) Geste Editions.

lundi 14 novembre 2016

Complètement con 7


Comment je suis devenu anarchiste


Comme ce fut le cas pour le professeur Choron, les paras d'infanterie de marine m'ont appris l'anarchie. On apprend à en avoir rien à foutre de pas grand chose, c'est-à-dire l'essentiel. Et à griffer " tel le chat maigre" !



et ça :



ça vaut bien  "tiens voilà la coloniale"



C'était un wagon de pines

Qui revenait d'Indochine
Y en avait des longues, des fines
Qui pendaient par la portière

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!

Y en avait des longues des fines
Qui pendaient par la portière
La femme du garde-barrière
En pris trois douzaines de paires

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!

La p'tite bonne qui l'a vue faire
s'en pris une douzaine de paires
Les posa sur la cheminée
Pour se les carrer dans l' derrière

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!

La p'tite bonne qui l'a vue faire
S'en est servi la première
Elle s'en est tellement foutue
Qu'elle s'en péta la charnière

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!

Elle s'en est tellement foutue
Qu'elle s'en péta la charnière
Si bien que du con au cul
Ce n'est plus qu'une vaste ornière

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!

Si bien que du con au cul
Ce n'est plus qu'une vaste ornière
Tu crois la prendre par-devant
Va te faire foutre c'est par-derrière 

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!

Tu crois la prendre par-devant
Va te faire foutre c'est par-derrière
Tu veux lui faire un enfant
V'la tout le foutre qui tombe par terre

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!

Tu veux lui faire un enfant
V'la tout le foutre qui tombe par terre
Et tu dis en l'écrasant
Toi tu n'tueras pas ton père

Tiens voilà la Coloniale!
Tiens voilà les coloniaux!


dimanche 13 novembre 2016

Complètement con 6


C'est toujours mieux que d'inventer la poudre



Octave Vendange était un chic type, serviable en diable, simple de manières et souvent d'humeur joyeuse. On aimait sa présence et même, parfois, les jours de grande solitude il arriva qu'on la recherchât. Mais dans son for intérieur Octave nourrissait un complexe. Une sorte de drame intime, ces nuisances que personne ne remarque et qui, pourtant vous dévorent de l'intérieur : il n'avait jamais aucune idée originale, pas la moindre lueur de chimère, pas le plus petit souffle de fantaisie.

Aussi pour signifier qu'il pouvait, éventuellement, avoir une pensée personnelle il imagina ce procédé : il se planta une bougie sur la tête ( il avait vu dans les dessins animés qu'une idée lumineuse était illustrée par une ampoule allumée).

Ce fut sa seule et sa dernière idée. Il mourut le soir même dans l'incendie de sa maison.

Voilà c'est tout !

Dessin de Davis Louie

samedi 12 novembre 2016

La phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire. La phrase romanesque est là pour vous aider. Elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout le long de la semaine !

Un autre néant, mais en plus grand !
(Balthazar Forcalquier)


Complètement con 5


vendredi 11 novembre 2016

Complètement con 4


L'aphorisme de la semaine

Il m'est difficile d'imaginer des gens si différents de moi, et dès lors tellement incompréhensibles.
(Balthazar Forcalquier)

Léonard

Mon vieux copain. Il y a longtemps. J'étais au lycée quand nous nous sommes connus ( il est vrai que j'avais 3 classes de retard ) Nous avons partagé mille aventures. J'ai à ton sujet une grande valise pleine d'anecdotes.