Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mercredi 24 mai 2017

Je croyais rêver

A la Poste de Thouars on me promet :


Alors je me dis mais c'est INCROYABLE ! Conseil ? Projet ? Expertise ? Innovation ? Echange ? Et tout cela ici, à la poste de Thouars ???

... NON  CE N'EST PAS POSSIBLE JE RÊVE ! 

Alors la Poste me répond du tac au tac :


Bravo la Poste !



Rigolo 25

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

mardi 23 mai 2017

Pour vivre heureux...

... vivons cachés.
Par exemple ici à Thouars, les habitants de cette rue ne reçoivent jamais aucune facture et ne paient certainement pas d'impôts, puisqu'ils habitent la rue "SSE" qui n'existe pas sur les plans officiels. Certes pas de lettres d'amour non plus ! Ah oui mais le monde n'est pas parfait.


Rigolo 24

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

lundi 22 mai 2017

Bouquin dans les bouquets

A Saint-Jean-de-Thouars, chaque année, nous attendons avec impatience le printemps et les décors qui agrémentent les espaces verts. Cette année il y a ça :


Le bonhomme lit un bouquin : "Tendre est la nuit" de Francis Scott Fitzgerald.
"Tendre est la nuit " est l'histoire de la décomposition d'un être fait pour être aimé, trop romantique pour pouvoir résister à son époque , trop tendre, malgré son apparente désinvolture, pour savoir sagement vieillir. 
Pourquoi ce choix ? Certainement pour signifier, j'imagine, que  la fleur est si fragile qu'elle ne saura pas vieillir. Pire même :  elle a besoin de la décomposition ( à son pied ) pour donner toute sa pleine splendeur.
Les jardiniers de Saint-Jean sont épatants ! 
Et puis, en l'occurrence,  c'est moins cruel que "le pot de terre et le pot de fer" de La Fontaine

Rigolo 23





par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)







Alerte aux termites

A Thouars avis aux gens qui déposent du vieux bois.
Des termites ? Ici ? Sapristi ! Ils sont discrets !



samedi 20 mai 2017

Rigolo 23

Avancer à reculons.


La phrase romanesque



Vous n'avez pas le temps de lire. La phrase romanesque est là pour vous aider. Elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout le long de la semaine !


SOUVENIR DE COMÉDIEN : Mon rôle préféré fut celui d'un homme souffrant d’Alzheimer, je devais sans cesse oublier mon texte ... C'était  cool.
(Balthazar Forcalquier)

mercredi 17 mai 2017

Briller en société

Un lecteur qui signe "Bibi" m'écrit :

Cher tonton Balthazar

En société je ne parle que du beau temps, et parfois de la pluie. J'ennuie tout le monde et moi-même il m'arrive de m'endormir aux cocktails tellement je suis nul. Que faire ?

Cher Bibi

Je vous confie là un secret. En dégustant votre Gin Tonic vous dites à votre voisine : "voulez-vous que je vous dise un chose étonnante qui n'a aucun intérêt ?" Vous verrez ses yeux vont pétiller et elle va vous répondre avec gourmandise "oh oui ".
Et vous enchaînez : Statistiquement il est prouvé que les noeuds sur les chaussures se défont plus vite s'ils sont sur le côté, et restent plus longtemps noués s'ils le sont au mieux. C'est prouvé mais on n'explique pas ce curieux phénomène. 
A vous de trouver de semblables bizarreries comme celle-ci dont tout le monde se fout mais qui intéresse : l'inversion des pôles s'effectuent tous les 10.000 ans ; ou encore : il y a dans un corps humain dix fois plus de bactéries que de cellules.

Reste noué longtemps,

se dénoue plus vite !

Rigolo 22




par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

mardi 16 mai 2017

Rigolo 21

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

Incomplet

Un lecteur, Robert, m'écrit :

Cher tonton Balthazar
J'habite Thouars et je ne trouve pas "Bressuirais" dans mon dictionnaire des injures ! Pourquoi ?

Cher Robert,
Je ne vois qu'une réponse, vous avez une vieille édition !


lundi 15 mai 2017

Mentir au curé

Une lectrice, Monique, m'écrit :
"Cher tonton Balthazar
Je suis très pratiquante et je suis souvent embarrassée. Il m'arrive de manquer la confession ; quand dans le secret du confessionnal le curé me demande depuis combien de temps je ne suis pas venu avouer mes fautes, je n'ose pas lui dire trois semaines, ou pire deux mois (quand c'est l'été)...Je ne veux pas passer pour une mauvaise catholique. Que faire ?"

Chère Monique
c'est bien simple. Quand le curé vous demande "depuis quand ne vous êtes vous pas confessée ?"
Répondez toujours : "une semaine". Puis en terminant votre confession après avoir égrené la liste de vos péchés ajoutez "j'ai menti". Vous serez d'une pierre deux coups absoute, et c'est dans la poche !"


Le blues du "chat poisson"





samedi 13 mai 2017

Rigolo 20

Duo de trombones par J-F Mathé

La phrase romanesque



Vous n'avez pas le temps de lire. La phrase romanesque est là pour vous aider. Elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout le long de la semaine !



J'ai vu un lièvre, mais il était malin, il s'était déguisé en lapin.
(Balthazar Forcalquier)


mardi 9 mai 2017

Pas mieux




Un texte d'Octave Mirbeau sur ce fantastique tableau de Gauguin, le Christ jaune ...  "la mélancolie de ce Christ de bois est indicible. Sa tête a d'affreuses tristesses... " pas mieux :
"Dans la campagne toute jaune, d'un jaune agonisant, en haut du coteau breton qu'une fin d'automne tristement jaunit, en plein ciel, un calvaire s'élève, un calvaire de bois mal équarri, pourri, disjoint, qui étend dans l'air ses bras gauchis. Le Christ, telle une divinité papoue, sommairement taillé dans un tronc d'arbre par un artiste local, le Christ piteux et barbare est peinturluré de jaune. Au pied du calvaire des paysannes se sont agenouillées. indifférentes, le corps affaissé pesamment sur la terre, elles sont venues là parce que c'est la coutume de venir là, un jour de Pardon. Mais leurs yeux et leurs lèvres sont vides de prières. Elles n'ont pas une pensée, pas un regard pour l'image de Celui qui mourut de les aimer. Déjà enjambant des haies, et fuyant sous les pommiers rouges, d'autres paysannes se hâtent vers leur bauge, heureuses d'avoir fini leurs dévotions. Et  la mélancolie de ce Christ de bois est indicible. Sa tête a d'affreuses tristesses; sa chair maigre a comme des regrets de la torture ancienne, et il semble se dire, en voyant à ses pieds cette humanité misérable et qui ne comprend pas : " Et pourtant, si mon martyre avait été inutile?"

ouailleailleailleailleaille


lundi 8 mai 2017

C'est écrit dans la nature

C'est bizarre comme le monde change à 5 m d'écart.

C'est à Sainte-Radegonde, à côté de Thouars .




A gauche on propose ...


Et à deux pas, à droite ...


 A gauche la fraternité, à droite le quant à soi.

Hoooooooooooooo


dimanche 7 mai 2017

Celui qui regarde par le trou de la serrure...

Dessin Louie Travis : "La casquette, si elle n'est pas sur ta tête, tu ne peux pas savoir où elle est . Comme le ciel."

Lucien avait quitté la marine marchande pour l'écriture à l'âge auquel Jésus commença aussi une fulgurante carrière : 30 ans. Il se fit une spécialité : il n'écrivait que des proverbes. " A homme stupide, compagnie pénible ". Il les vendait dans les journaux, entre les comics, les mots croisés et l'horoscope. " Rien ne mérite notre travail que notre plaisir ". Il publia des livres entiers de proverbes nés de sa fertile imagination. Le menteur dispose d'une imagination gâchée ". Des éditions étrangères furent publiées. Il devint riche . l'argent ne fait pas le bonheur mais il sert à faire les courses ". Comme il était très laid et sentait fort la  marée (voir ci-dessus son portrait par Louie Travis) il resta sans amie ni ami : "celui qui regarde par le trou de la serrure sait tout de la solitude ". Il mourut seul, dans l'opulence et la plus parfaite misanthropie " dans les livres il y a tout sauf le bonheur ". Il avait payé d'avance ses obsèques, et avait déjà  honoré la facture du graveur qui fixa pour l'éternité son épitaphe : " J'avais des tentacules et je vous enc... " On cherche encore la signification de ce proverbe. Plusieurs études et thèses ont été écrites là-dessus, je vous épargne ici leur développement.
Voilà c'est tout.

Crôôôôôôôôôôôôâââââââ


samedi 6 mai 2017

La phrase romanesque



Vous n'avez pas le temps de lire. La phrase romanesque est là pour vous aider. Elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout le long de la semaine !


C'est bien de ne rien faire mais au bout d'un moment ça lasse.
(Balthazar Forcalquier)


Rigolo 17 par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)


jeudi 4 mai 2017

je le fais avec de la semoule, mais on peut le faire avec d'autres choses

L'élu(e) le sera sur la base des votes exprimés, le vote exprimé ne tient pas compte du blanc ni du nul. Le blanc est compté mais il ne compte pas. Pourquoi ? Parce qu'il est la vraie menace des "élu(e)s" qui en ont peur.


mardi 2 mai 2017

Un pays sans imagination

                                   
Wilfrid CRU chef du gouvernement ( dessins de Louie Travis)


Dans cette contrée menée de main de fer par une sorte de satrapie, l'imagination avait été totalement éradiquée. La vie allait son chemin sans surprise, chaque jour était l'exacte répétition du précédent. Chacun effectuait sa tâche sans joie ni tristesse, immuablement. Le bonheur s'était asséché en quelques mois et avec lui l'amour. Certes on faisait des enfants mais pas pur réflexe, peu importait le, la, partenaire. La morale elle-même s'était effilochée jusqu'à être oubliée. On copulait dès que le jeune homme ou la jeune fille était en âge de reproduire et il n'était pas rare de voir de jeunes éphèbes chevaucher des grands-mères édentées... en vain.
Dans ce pays on se couchait tôt et on se levait de même. On avalait une bouillie d'avoine, toujours la même. A midi on croquait dans des tartines, toujours les mêmes. Et le soir après l'éternelle soupe au poireau on mâchait une cuisse de poulet. 
La vie n'était pas rude, elle était vide. Et savez-vous que le plus dur était de trouver un nom aux rues. Les édiles se creusaient la tête. Il y avait bien eu la rue "A" puis "B" et "C", mais après "Z" ? que faire quand l'imagination n'est plus ? On entama alors l'infinie litanie des chiffres.
Plus personne n'avait peur de la mort ... en réalité ... un jour, le peuple s'aperçut qu'il n'avait plus peur de la mort, il ne redoutait ni l'enfer et n'enviait pas le paradis dont il n'avait aucune idée. Alors les gens se jetèrent par millier du haut des falaises. Comme ça pour faire comme les autres.


Depuis cette région déserte est devenue fort belle et paisible. Finalement c'était mieux comme ça.
Voilà c'est tout.



Rigolo 14 par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)


lundi 1 mai 2017

Blablabla mais sérieux quand même



Clément Laigle expose des boites dans la chapelle Jeanne d'Arc à Thouars ( jusqu'au 28 mai). Eva Prouteau au fil de deux feuillets de la même encre explique : " car si sa pratique est certes formaliste, empreinte d'un puissant vocabulaire moderniste et minimal, elle est aussi très liée au développement des cultural studies dans le sens ou elle explore la connotation des représentations, et des émotions, que les objets suscitent selon le contexte culturel."
Mouais...
Ne serait-il pas plus juste de dire que selon  moi : dans le contexte intrinsèque d'une expression chargée et cadenassée, la représentativité ludique et néanmoins spirituelle suscite un choc manufacturé et frotté aux croyances les plus brutales d'un univers virevoltant dans son absurdité.
...
Je vous laisse juge.

Hi ha hooooo