Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 15 mai 2017

Mentir au curé

Une lectrice, Monique, m'écrit :
"Cher tonton Balthazar
Je suis très pratiquante et je suis souvent embarrassée. Il m'arrive de manquer la confession ; quand dans le secret du confessionnal le curé me demande depuis combien de temps je ne suis pas venu avouer mes fautes, je n'ose pas lui dire trois semaines, ou pire deux mois (quand c'est l'été)...Je ne veux pas passer pour une mauvaise catholique. Que faire ?"

Chère Monique
c'est bien simple. Quand le curé vous demande "depuis quand ne vous êtes vous pas confessée ?"
Répondez toujours : "une semaine". Puis en terminant votre confession après avoir égrené la liste de vos péchés ajoutez "j'ai menti". Vous serez d'une pierre deux coups absoute, et c'est dans la poche !"


3 commentaires:

  1. Quel fin diplomate ce Balthazar !

    RépondreSupprimer
  2. Ah la stratégie du péché et du pardon !... Mais cette préméditation ne serait-elle pas un péché contre l'Esprit ? Si c'est le cas, ce curé pour l'avoir absous risque bien d'aller en Enfer avec sa pénitente... La morale de cette histoire s'écrit ainsi : ils furent éternellement consumés par les feux du désir et eurent beaucoup de petits démons... Leur punition fut de pécher éternellement ! Quel sort affreux pour de bons catholiques !

    RépondreSupprimer
  3. Ah ça ! le péché contre le saint esprit est le seul qui ne sera pas pardonné, mais je ne pense pas qu'un mensonge véniel soit de ce ressort

    RépondreSupprimer